Pratique de médecine non conventionnelle par des médecins

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Pratique de médecine non conventionnelle par des médecins

Le serment d’Hippocrate réactualisé indique que le médecin doit respecter « toutes les personnes […] sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. » Pour autant, l’utilisation d’une médecine non-conventionnelle par un médecin, éventuellement au sein d’un hôpital, n’est pas une forme de validation de la méthode. D’un point de vue pragmatique, tant que la méthode apporte bien-être et réconfort au patient, le médecin peut parfois l’utiliser même s’il est convaincu que l’effet n’est que placebo (la médecine conventionnelle utilise d’ailleurs fréquemment des placebos). Dans le même ordre d’idées, la présence de lieux de prière et d’aumôneries au sein d’un hôpital n’indique pas que le personnel soignant soit croyant, mais qu’il respecte la croyance des patients et accepte de mettre en œuvre tout ce qui n’est pas néfaste et apporte du réconfort.

Certains professionnels de santé médicaux (médecinsage-femme) et paramédicaux (infirmierkinésithérapeute, etc.) ont parfois recours à des pratiques non conventionnelles en milieu hospitalier. Mais ces pratiques peuvent aussi être proposées par des personnes qui ne sont ni médecins ni paramédicaux. En effet, un certain nombre peuvent être pratiquées en France « sans diplôme particulier » (selon la fiche Rome K1103 de Pôle Emploi « Développement personnel et bien-être de la personne »). Selon le ministère des Affaires sociales et de la Santé, « l’enseignement de ces pratiques [non conventionnelles] ne donne pas lieu à des diplômes nationaux, à l’exception de l’acupuncture. Cependant, certaines formations font l’objet de diplômes d’université (DU) ou de diplômes inter universitaires (DIU) placés sous la seule responsabilité d’une ou de plusieurs universités. Ces diplômes ne signifient pas, ipso facto, que l’efficacité et l’innocuité de la technique sont prouvées. Ce sont des diplômes complémentaires qui, à eux seuls, ne donnent pas le droit à l’exercice d’une profession de santé. Certaines formations sont par ailleurs délivrées au sein d’organismes privés sans aucun contrôle des institutions publiques quant à leur contenu, et sans reconnaissance par l’Etat des diplômes délivrés. » Certains praticiens ne peuvent procéder à aucun acte médical, tel que le diagnostic, la thérapie ou la prescription de médicaments. Face à la diversité de ces pratiques non conventionnelles avec des praticiens très hétérogènes, des tentatives de réglementation et de contrôle tentent de se mettre en place, notamment pour surveiller les éventuelles dérives sectaires en dehors des établissements hospitaliers publics….

Annuaire des médecines alternatives

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »